A l'abbaye du Mont Saint-Michel, une vie d'harmonies

Medjugorje : une commission du Vatican aurait reconnu des apparitions

Un rapport remis en 2014 au pape, et resté secret depuis, suggérait de reconnaître les sept premières apparitions de Medjugorje, tout en se montrant très réservé sur les phénomènes qui s’y seraient ensuite produits.

 éditions italiennes San Paolo ont publié vendredi 21 février le rapport de la commission Ruini formée en 2010 par Benoît XVI pour se prononcer sur le caractère surnaturel des apparitions de Medjugorje et resté secret après sa remise en 2014 au pape François.

Celui-ci, au retour de son voyage à Fatima (Portugal), le 13 mai 2017, avait confié aux journalistes que la Congrégation pour la doctrine de la foi avait émis de sérieux doutes sur le rapport lui-même, mais qu’il l’avait empêchée de se prononcer, demandant qu’on lui envoie toute la documentation pour se faire son propre jugement.

Selon lui, ce rapport, « très bon », suggérait de « continuer à enquêter » sur les premières apparitions et émettait des « doutes » sur les apparitions actuelles. Tout en affirmant partager là une « opinion personnelle », le pape estimait même alors que « ces présumées apparitions n’ont pas beaucoup de valeur ».

« Les sept premières apparitions intrinsèquement crédibles »

Le rapport publié aux éditions San Paolo par le journaliste italien Saverio Gaeta (1), et dont le Saint-Siège, sollicité par La Croix, n’a souhaité ni confirmer ni démentir l’authenticité, est toutefois nettement plus affirmatif sur les premières apparitions de Medjugorje, du 24 juin au 3 juillet 1981.

« Les sept premières apparitions apparaissent intrinsèquement crédibles », estime la commission présidée par le cardinal Camillo Ruini, ancien vicaire du pape pour le diocèse de Rome, qui a voté, par 10 voix contre 1, en faveur du « constat de supernaturalité » de ces premières apparitions.

Pour les suivantes, qui « constituent un vrai problème », la commission se montre beaucoup plus réservée, estimant, à 8 voix contre 2, qu’il ne lui est alors « pas possible d’exprimer un jugement ».

Le « rapport ambigu avec l’argent » de certains voyants

Elle met notamment en cause « un rapport (…) ambigu avec l’argent » de la part de certains voyants, appelant notamment l’autorité ecclésiastique à « surveiller l’activité économique des présumés voyants liés au phénomène de Medjugorje ».

Le rapport est d’ailleurs assez critique sur « le manque d’accompagnement spirituel et humain » des voyants : il y voit une des causes des « ambivalences et ambiguïtés » de ce qu’elle continue d’appeler « les phénomènes en cours » à Medjugorje.

Citant le compte rendu d’une de ses rencontres, la commission s’interroge même sur « la vérité des apparitions répétées à présent de façon programmée » et, tout en renvoyant à une étude psychologique ultérieure, exprime « un doute sur leur pertinence ».

« Un doute sur la pertinence » des apparitions actuelles

« L’hypothèse reste posée face à l’expérience intense et profonde vécue dès 1981 par ces enfants et ces adolescents qui en sont tellement imprégnés qu’ils éprouvent le besoin de les revivre faute de pouvoir les approfondir, ajoute-t-elle. Le mode de vie qui est le leur ne leur permet pas de progresser intellectuellement et spirituellement dans ce sens. »

Enfin, la commission Ruini termine son rapport par une série de suggestion sur « la gestion pratique du phénomène ». Par 10 voix contre 1, elle se prononce pour la levée de l’interdiction des pèlerinages (ce que le pape fera le 12 mai 2019) et, par 7 voix contre 4, pour que le sanctuaire soit géré sous l’autorité du Saint-Siège (la création d’un sanctuaire pontifical est suggérée à plus ou moins brève échéance).

Des suggestions qui expliquent les nominations en 2017 et 2018 de l’archevêque polonais Henryck Hoser, pour accompagner Medjugorje au nom du pape.

Un pape qui, dans la ligne du rapport Ruini, se disait dès 2017, impressionné par « le fait spirituel des personnes qui vont là-bas et qui se convertissent, des personnes qui rencontrent Dieu, qui changent de vie »… Un fait qui « ne peut être nié », affirmait-il alors.

                                                                Source Nicolas Senèze La Croix

DÉCOUVREZ UNE ILE DE PÂQUES AU COUR DE LA BRETAGNE

LA VALLÉE DES SAINTS
A CARNOËT

CLIC : ICI

Créée en juillet 2008, la Vallée des Saints est un projet collectif Breton porté par l’association la Vallée des Saints. Reconnue d’intérêt général à caractère culturel, son objet est « La sauvegarde, la découverte et la promotion de la culture populaire bretonne liée aux Saints Bretons sous forme de création artistique ».

La Vallée des Saints est située à Carnoët (Côtes d’Armor), au cœur de la Bretagne, à 15 minutes de Carhaix. L’association ambitionne d’y implanter 1000 sculptures monumentales taillées dans du granite breton, une véritable île de Pâques bretonne ! Les géants sont implantés dans un site exceptionnel et unique en Bretagne. Il se compose d’une motte féodale, d’une chapelle classée monument historique, d’un site archéologique et surtout d’une vue à couper le souffle avec un 360° sur tout le Poher. Un site emblématique et chargé d’histoire, la Vallée des Saints ne pouvait pas rêver mieux.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

25.08 | 11:19

paroissienne futur proche

...
29.06 | 11:02

Bonjour Monsieur Jean-Baptiste LUCAS?
Je vous ai adressé un message internet (courriel) sur votre boîte personnel.
SVP l'avez-vous bien reçu ?
Merci d'avance

...
18.02 | 11:33

Bonjour serais t-il possible d'avoir les date pour cette année pour batise une petite emma qui est née le 23 décembre 2019 on est de bourseul merci

...
18.01 | 10:24

Bonjour,
Je souhaiterais connaître les dates et lieux de baptême pour un enfant de moins de 2 ans en mai/juin 2020. Merci

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE