JMJ - Conférences - Réunions - Pèlerinages

JMJ PANAMA

 

 

Toutes infos en cliquant sur ce lien :

https://saintbrieuc-treguier.catholique.fr/bretagne-repond-present-jmj-panama-janvier-2019/

JMJ Panama 2019
Première Rencontre mondiale des jeunes des peuples indigènes
(traduction complète)

Choeur d'enfants indigènes mexicains Voces Yumhu 20/09/2017 © L'Osservatore Romano

 

Message du pape François pour la pré-JMJ

« Jeunes gens et jeunes filles, prenez en charge vos cultures! Prenez en charge vos racines! Mais n’en restez pas là. A partir de ces racines croissez, fleurissez, portez du fruit. Un poète disait que « tout ce que l’arbre a de fleurs vient de ce qui est sous terre ». Les racines. Mais les racines portées vers l’avenir. Projetées vers l’avenir. C’est votre défi aujourd’hui » : c’est le cœur du message du pape François aux jeunes des peuples autochtones rassemblés – c’est une première mondiale – au Panama, en prélude à la JMJ2019.

La Rencontre mondiale de la jeunesse indigène (EMJI, en espagnol) a lieu actuellement au Panama, dans le diocèse de David, du 17 au 21 janvier 2019, en préparation à la JMJ 2019, avec la participation de plus d’un millier de jeunes autochtones de différents continents.

Le pape dénonce « nombreuses et scandaleuses situations de marginalisation, d’exclusion, de mise au rebut et d’appauvrissement auxquelles sont condamnés des millions de jeunes, en particulier des jeunes des peuples autochtones, dans le monde entier ».

Il exhorte les jeunes à puiser dans les racines de leurs cultures la force d’affronter les défis actuels et de porter du fruit.

Voici notre traduction, rapide, de travail, du message vidéo que le pape François a adressé à ces jeunes. Le Vatican en publie le texte en espagnol, ce 18 janvier.

AB

Message du pape François

Chers jeunes,

À la fin des Journées mondiales de la jeunesse de Cracovie, en juillet 2016, j’ai dit aux jeunes bénévoles: « Nous assumons la mémoire de notre passé pour construire l’espérance avec courage ». Et telle est le thème que vous avez choisi pour cette Rencontre mondiale de la jeunesse indigène qui vous rassemble du 17 au 21 janvier de cette année (pré-Journée de la JMJ) à Soloy, dans le district de Ngäbe-Buglé et le diocèse de David, au Panama.

Je vous félicite, car c’est la première fois qu’on organise une Journée pré-JMJ spécifiquement pour les jeunes des peuples indigènes, des peuples autochtones, au niveau mondial. Une initiative dont je tiens à remercier la Section de pastorale autochtone de la Conférence épiscopale du Panama, avec le soutien du CELAM.

Chers jeunes, je vous invite à ce que cette rencontre qui réunit des centaines de jeunes de différents peuples autochtones serve à réfléchir et célébrer votre foi en Jésus-Christ, à partir de la richesse millénaire de vos cultures d’origine. Je vous exhorte à saisir cette opportunité qui vous est offerte de répondre à l’invitation qui a été faite aux jeunes à d’autres occasions d’être reconnaissants pour l’histoire de leurs peuples et courageux face aux défis qui les entourent, pour avancer pleins d’espérance dans la construction d’un autre monde possible. Revenir aux cultures d’origine. Prendre en charge les racines, parce que c’est de ces racines que vient la force qui vous fera croître, fleurir et porter des fruits. En outre, ce doit être une façon de montrer le visage indigène de notre Église dans le cadre des JMJ et d’affirmer notre engagement à protéger la Maison commune et à collaborer à la construction d’un autre monde possible, plus équitable et plus humain.

Nul doute que les thèmes qui, selon l’ordre du jour, feront l’objet de votre réflexion stimuleront la recherche de réponses, dans la perspective de l’Evangile, à de très nombreuses et scandaleuses situations de marginalisation, d’exclusion, de mise au rebut et d’appauvrissement auxquelles sont condamnés des millions de jeunes, en particulier des jeunes des peuples autochtones, dans le monde entier. Que votre action, la conscience d’appartenir à vos peuples, soit une réaction contre cette culture du rebut, contre cette culture de l’oubli des racines, projetée vers un avenir de plus en plus liquide, plus gazeux, sans fondement.

Jeunes gens et jeunes filles, prenez en charge vos cultures! Prenez en charge vos racines! Mais n’en restez pas là. A partir de ces racines croissez, fleurissez, portez du fruit. Un poète disait que « tout ce que l’arbre a de fleurs vient de ce qui est sous terre ». Les racines. Mais les racines portées vers l’avenir. Projetées vers l’avenir. C’est votre défi aujourd’hui.

Je serai heureux de vous retrouver au Panama. Et d’ici là, je vous souhaite le meilleur succès de cette Rencontre et je vous donne ma bénédiction.

Jatuaida, Jamorogodre.

Que Dieu vous bénisse!

© Source Zenit traduction par Anita Bourdin 18-01-2019

JMJ Panama :
les chiffres quinze jours avant l’ouverture

200 000 jeunes dont 1000 autochtones

Plus de 200 000 jeunes de 155 pays sont attendus pour la XXXIVe Journée mondiale de la jeunesse à Panama, prévus du 22 au 27 janvier. Un millier de jeunes autochtones des cinq continents participeront à leur JMJ spéciale (qui débutera trois jours plus tôt, du 16 au 19 janvier).

Tels sont les chiffres – en évolution – communiqués par Giancarlo Candanedo, porte-parole des JMJ, à Vatican News en italien le 8 janvier 2019.

« Comment nous préparons-nous? Tout d’abord par la prière, explique le porte-parole. Nous ne pouvons pas oublier qu’il s’agit d’un très gros défi pour un petit pays comme le nôtre. Le Saint-Père a voulu donner cette responsabilité non seulement au Panama, mais à l’ensemble de l’Amérique centrale et à tout son épiscopat. »

« Dimanche dernier, poursuit Giancarlo Candanedo, nous avons montré en public la papamobile réalisée par un groupe de Panaméens de la ville. » Une autre nouveauté : un chapelet fait par les familles pauvres de Bethléem sera inclus dans le kit du pèlerin. Un million et demi en ont été produits.

Le gouvernement du Panama a activement participé à la préparation de la Journée, souligne le porte-parole : « Pour la première fois dans l’histoire des JMJ, le gouvernement a créé une structure administrative capable de nous aider à organiser l’événement. Ils ont facilité les choses. C’est une aide pour l’Église. »

En ce qui concerne la participation de jeunes Italiens, ils seront nombreux, affirme Don Michele Falabretti, chef du bureau national du ministère de la Jeunesse de la Conférence épiscopale italienne : « Malgré les difficultés, nos chiffres ont dépassé les attentes : aux JMJ, participeront presque 1300 jeunes. Un nombre important, car aller à l’autre bout du monde en cette saison ce n’est pas facile. »

« Dans de nombreux diocèses, poursuit-il, par exemple, à Bologne, ils organisent des réunions qui coïncident avec les JMJ, au cours desquelles les jeunes peuvent célébrer et partager des moments de réflexion et de prière. »

En Bretagne, à Saint-Pern, l’équipe organisatrice « souhaite recréer l’ambiance JMJ » : les événements du dernier week-end du janvier seront « rythmées par des temps spécifiques: des catéchèses par les évêques, des temps de service et de rencontres, une veillée chants et témoignages, une adoration en continu et le sacrement de réconciliation ».

About Marina Droujinina pour ZENIT
le 9 janviert 2019 Journée mondiale de la jeunesse