Parole de Mgr Moutel - Informations - Célébrations

Parole de l'évêque

https://www.facebook.com/diocese.saintbrieuc.treguier/

https://twitter.com/diocese22

 Novembre 2020

Saint-Brieuc, le 1er novembre 2020

Unis dans l’Espérance

Le jeudi 29 octobre 2020, nous avons été saisis de colère et d’émotion, plongés dans le désarroi, devant l’horreur des assassinats commis sur trois de nos frère et sœurs dans la Basilique Notre-Dame de Nice. Il nous faut combattre résolument l’islamisme fanatique, la haine et les forces de mort. Les meurtriers cherchent à nous diviser et à semer l’angoisse et le chaos.

Tandis que les pouvoirs publics doivent exercer leurs lourdes responsabilités, nous voulons résister à la peur et à la division par les seules armes dont nous disposons comme disciples du Christ : la prière et le témoignage de la fraternité.

Nous devons cette prière et ce témoignage à ceux qui n’étaient là que pour servir et pour prier Dieu qui donne la vie. Dans la solennité de la Toussaint nous continuerons à porter les trois victimes et la douleur de leurs familles. Ils ont rejoint la grande fraternité qui unit le ciel et la terre, la communion de tous ceux que Dieu appelle au bonheur.

C’est avec cette douleur que nous sommes entrés dans un 2ème confinement que chacun redoutait. Parce que la situation sanitaire de notre pays est inquiétante, nous voulons participer sans réserve à l’effort de tous pour lutter contre la pandémie. Mais nous ne quittons pas la foi, l’espérance et la charité de notre baptême. Ces temps difficiles sont une invitation à être inventifs pour rejoindre les personnes

«La parabole du bon samaritain nous montre par quelles initiatives une communauté peut être reconstruite grâce à des hommes et des femmes qui s’approprient la fragilité des autres, qui ne permettent pas qu’émerge une société d’exclusion mais qui se font proches et relèvent puis réhabilitent celui qui est à terre, pour que le bien soit commun.»
(Pape François Fratelli Tutti n° 67)

+ Denis Moutel
 Évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

 

HOMÉLIE DU DIMANCHE 15 NOMBRE 2020

Oui Dieu, ce Dieu d’amour veut notre bonheur. Et il nous fait confiance à chacun là où nous sommes, pour rendre ce monde meilleur : plusieurs fois dans l’évangile nous trouvons le mot « confié ». Quand on confie quelque chose à quelqu’un c’est qu’on lui fait confiance.

[…] La première lecture nous rejoint en cette Journée mondiale des pauvres, également journée du Secours Catholique. Dieu nous invite à ouvrir nos mains aux pauvres, aux malheureux pour recevoir de leur part leurs dons comme donne le maître à ses ouvriers. Nous devons sans doute changer de regard sur les pauvres. Quel regard portons-nous ? Sommes-nous dans le jugement ? Malheureusement, les pauvres sont trop souvent victimes de préjugés. Combien de fois j’ai entendu ces mots qui me font mal cas sos’ ; non ! ce sont des personnes à part entière, nous sommes tous enfants d’un même Dieu ; pour cela nous devons changer de regard. Changeons de regard et osons la « révolution fraternelle », slogan du Secours Catholique. L’attention au plus pauvres n’est pas l’affaire de quelques spécialistes ou professionnels de la charité. Nous la vivons au Secours Catholique avec tous ces bénévoles qui donnent d’eux-mêmes, par le partage, l’écoute, la bienveillance…

[…] Voici ce que nous essayons de vivre dans les Côtes d’Armor :

  • Prendre soin les uns des autres parce qu’on a tous besoin de reconnaissance, de relationnel et de ressourcement : renforçons les liens entre nous. En ces moments difficiles, pendre soin des autres prend une dimension et une résonance particulières, et nous oblige à créer de nouvelles manières de vivre la fraternité.
  • Faire ensemble parce que l’entraide est source de dignité, d’enrichissement et de lutte contre les préjugés : veillons à ce que nos communautés chrétiennes soient des lieux où chaque personne se sente utile et actrice.
  • Écologie intégrale parce que l’avenir en dépend et que les plus fragiles sont les premiers impactés : devenons des acteurs de la conversion écologique en Côtes d’Armor. Le don de Dieu est notre planète et tout ce qui s’y vit. « Ne restons pas endormis, soyons vigilants et restons sobres, » protégeons, respectons et prenons soins de notre maison commune, comme il nous faut prendre soin les uns des autres.
  • Plaidoyer : Les injustices sociales (logement, santé, alimentation, accès aux droits, etc.) ne peuvent être combattues qu’avec les personnes qui les subissent : soyons capables de nous organiser pour porter une parole collective auprès des décideurs. Le pape François nous y invite dans sa lettre Fratelli tutti : « Les pauvres sont et seront toujours avec nous pour nous aider à accueillir la présence du Christ. »
                                            Chrystophe Tanvez, diacre permanent
                                            Aumônier du Secours Catholique – Caritas France 22

[ Lire l’homélie en intégralité ]

 

Les conseils de l’évêque au service
d’un diocèse en mission

Un communiqué de Mgr Denis Moutel, évêque de Saint-Brieuc et Tréguier.

Deux ans après la clôture de notre synode diocésain, il m’est apparu que le moment était favorable pour un renouvellement des conseils qui m’assistent dans la conduite pastorale de notre diocèse. Nous avons fait l’expérience, au cours du synode, d’une large participation des fidèles du Christ pour l’accueil des appels de Dieu et pour l’annonce de l’Évangile dans les Côtes d’Armor. Cette pratique de la « synodalité » se poursuit et doit être encouragée à tous les niveaux.

Après la révélation de scandales d’agressions sexuelles et d’abus d’autorité, qui ont occasionné de grandes souffrances à tant de victimes et aussi fragilisé l’Église dans sa mission, le pape François nous appelle résolument à « la transformation ecclésiale et sociale dont nous avons tant besoin. » Il ajoute : « Il est impossible d’envisager une conversion de l’agir ecclésial sans la participation de toutes les composantes du peuple de Dieu ». (François, Lettre au peuple de Dieu, 20 août 2018). Je souhaite que les indications qui vont suivre nous portent dans ce sens.

Par ailleurs, les prêtres qui portent plusieurs responsabilités (notamment les responsables des zones pastorales) étaient sollicités trop souvent et parfois pour les mêmes questions. Le conseil presbytéral et les membres du conseil épiscopal m’avaient demandé de réfléchir à un allègement, à une meilleure harmonisation, de nos rendez-vous diocésains.

Pour toutes ces raisons et après diverses consultations, j’ai souhaité apporter les changements suivants dans la constitution des différents conseils de l’évêque et dans leur articulation. Ces évolutions comportent la suppression du conseil épiscopal dans la forme que nous lui connaissons.

  • Une Assemblée diocésaine sera constituée. Composée de 150 membres, dont la moitié seront choisis dans les paroisses, elle se tiendra une fois par an. Cette assemblée, à l’écoute du peuple de Dieu et de la vie du diocèse, cherchera à promouvoir la pratique de la synodalité (écoute de la Parole de Dieu, attention aux autres et particulièrement aux plus pauvres, valorisation des talents). Dans la suite des Actes du synode, ses travaux porteront sur une ou plusieurs orientations pastorales à réfléchir et à mettre en œuvre.

  • Un conseil missionnaire diocésain est créé. Il sera composé de 25 membres nommés : l’équipe épiscopale, des représentants des zones pastorales (prêtres ou laïcs), des membres des services diocésains, de la vie consacrée, du diaconat permanent et des associations de fidèles. Il sera réuni quatre fois par an. Ses travaux porteront sur des sujets pastoraux importants pour la mission dans le diocèse.

  • Le conseil presbytéral, associé de près à ces évolutions, poursuit sa mission qui consiste à « aider l’évêque selon le droit dans le gouvernement du diocèse, dans le but de promouvoir le plus efficacement possible le bien pastoral de la portion du peuple de Dieu confiée à l’évêque. » (Canon 495 §1). Le rythme de ses rencontres connaîtra des changements pour faciliter la collaboration avec les autres conseils où sont présents des diacres, des religieux(ses) et des laïcs : une session de deux jours et trois autres journées, dont deux en commun avec le conseil missionnaire diocésain.

  • Le conseil diocésain pour les affaires économiques (C.D.A.E.) poursuit sa mission, en relation avec M. Loïc BLIN, économe diocésain et le conseil d’administration de l’Association Diocésaine, pour rechercher les moyens nécessaires à l’évangélisation dans notre diocèse. Il est réuni au moins quatre fois par an.

  • L’équipe épiscopale, composée de 6 personnes, voit l’arrivée de deux nouveaux membres : M. Jean-Luc DRAPEAU, diacre permanent (Dinan), et Mme Sabine de VILLLARTAY (Saint-Brieuc). Délégués épiscopaux, ils poursuivront leurs missions présentes avec celles qui pourront leur être confiées ultérieurement. Je les remercie pour leur disponibilité ainsi que l’abbé Hervé LE VÉZOUËT, vicaire général, l’abbé Pierrick JÉGONDAY, vicaire épiscopal, et Mme Régine CHARDONNET, déléguée épiscopale, qui demeurent membres de l’équipe épiscopale. Ces nominations prennent effet à compter du 1er septembre 2019.

C’est dans la confiance que je vous fais part de ces décisions, en souhaitant m’appuyer avec vous sur le Seigneur, dans la grâce de notre baptême et de notre confirmation. Avec les pèlerins de Lourdes et de Notre-Dame de Toute Aide, le 8 septembre, je confierai ces projets et toutes nos missions à l’intercession de la Vierge Marie.

 

Fait à Saint-Brieuc, le 28 août 2019,
En la fête de Saint Augustin

Mgr Denis Moutel
Évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

 P

La Maison du diocèse Portes ouvertes 2 septembre 2017
Façade et entrée
Le Cloître
La chapelle
Le chœur et l'autel

L'urgence de la conversion écologique

Comme l’ensemble des évêques présents à Lourdes, Mgr Denis Moutel est accompagné de Pierre Chesnot, agriculteur en élevage laitier bio à Bégard (22) et d’Elise Barreaud, membre du groupe de déploiement du label
« Église Verte » sur la paroisse de Lannion.

Après l’assemblée de Lourdes :
l’urgence de la conversion écologique

Les 4 et 5 novembre 201, pendant 36 heures, il s’est passé quelque chose d’étonnant à Lourdes : l’assemblée des évêques de France s’est élargie de manière inédite. Nous avions accueilli deux invités par diocèse pour aborder la question majeure de l’écologie intégrale et de ses enjeux pour la sauvegarde de la création et pour l’annonce de l’Évangile. En nous serrant un peu dans l’hémicycle, nous sommes passés de 120 à 350 personnes.

Au terme de cette expérience heureuse, l’un des participants a pu dire tout de même : « Merci aux évêques ! mais bon courage à eux qui ont entendu tellement de choses pour la première fois et en si peu de temps. » Même si Elise Barreaud (paroisse de Lannion) et Pierre Chesnot (paroisse de Bégard) m’avaient largement préparé au cours du voyage vers Lourdes, je dois reconnaître que les plus jeunes (plus jeunes que moi en tous cas) sont largement plus éveillés aux dommages que nous causons à la planète et ils sont déjà acteurs de changements de bien des manières.

Cet éveil de la conscience -et la responsabilité qui va avec- est bien sûr porté par des informations qui sont maintenant accessibles à tous. Mais c’est toujours un choc de réentendre ensemble ce que nous avions pu recevoir -un peu- chacun de notre côté : quand la planète se réchauffe inéluctablement, quand les océans contiennent plus de plastique que de poisson, quand nous voyons disparaître massivement les insectes, quand la nature est sollicitée sans mesure pour produire les biens que nous demandons, quand il faut un emballage sophistiqué et de grande dimension pour vendre une modeste clé USB etc …

Mais les six témoins que nous avons pu entendre (ainsi que deux théologiens) ne nous ont pas laissés abattus ni sans espérance. Ils nous ont expliqué, en effet, qu’en changeant -un, peu, beaucoup, passionnément- leurs manières de vivre, ils ont pu vivre une expérience plutôt humanisante et même joyeuse. Au fond, la conversion écologique invite sans cesse à passer de la menace à la promesse, de la peur (ou de l’aveuglement) à la responsabilité, de la contrainte à des choix plus libres pour parcourir les chemins d’une sobriété heureuse : moins de biens mais plus de liens. Et c’est un autre prochain que l’on découvre alors, au-delà de nos familles et de nos voisinages, ceux qui sont loin et ceux qui viendront au monde demain. Nos modes de vie pèsent dès maintenant sur les uns et sur les autres.

Avec le cri des pauvres, le pape François nous appelle à entendre la clameur de la terre (voir l’encyclique Laudato Si). C’est notre responsabilité pour l’annonce de l’Evangile. Qu’allons-nous faire dans notre diocèse ? Je ne connais pas toutes les étapes de ce qui est engagé, mais nous aurons sûrement à vivre des pas de conversion : renouveler notre foi en Dieu créateur et Sauveur et faire l’examen de conscience de nos choix personnels et collectifs, en Église aussi, dans le sens d’un plus grand respect de « notre maison commune » et de tous les hommes qui l’habitent.

Merci à Elise et Pierre, les deux invités de notre diocèse. Ils vous disent aussi ce qu’ils ont vécu dans ces deux journées marquantes.

+ Denis MOUTEL
Évêque de Saint-Brieuc et Tréguier

Pour en savoir plus, cliquez : ICI

 

 

"Examen de conscience écologique" à Lourdes
Comme l’ensemble des évêques présents à Lourdes, Mgr Denis Moutel est accompagné de Pierre Chesnot, agriculteur en élevage laitier bio à Bégard (22) et d’Élise Barreaud, membre du groupe de déploiement du label « Église Verte » sur la paroisse de Lannion.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

25.08 | 11:19

paroissienne futur proche

...
29.06 | 11:02

Bonjour Monsieur Jean-Baptiste LUCAS?
Je vous ai adressé un message internet (courriel) sur votre boîte personnel.
SVP l'avez-vous bien reçu ?
Merci d'avance

...
18.02 | 11:33

Bonjour serais t-il possible d'avoir les date pour cette année pour batise une petite emma qui est née le 23 décembre 2019 on est de bourseul merci

...
18.01 | 10:24

Bonjour,
Je souhaiterais connaître les dates et lieux de baptême pour un enfant de moins de 2 ans en mai/juin 2020. Merci

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site internet tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE