Blog paroissial

Reprises des cultes : les préconisations sanitaires du g...

Reprises des cultes :
les préconisations sanitaires du gouvernement

 

 

Le décret publié dans la nuit du samedi 23 mai permet la reprise immédiate des célébrations religieuses, mais donne des recommandations précises pour limiter les risques liés au coronavirus : port du masque, 4 m² par personnes, désinfections des mains…

Sommé par le Conseil d’État de modifier son décret concernant les célébrations dans les lieux de cultes, le gouvernement a assorti le nouveau décret, publié dans la nuit de vendredi 22 à samedi 23 mai, d’une série de « recommandations générales en matière de la lutte contre la pandémie de Sars-Cov-2 lors des cérémonies cultuelles ».

Ces recommandations, qui s’étendent sur trois pages, sont le fruit de discussions entre le gouvernement et les responsables de cultes, qui avaient présenté des propositions détaillées pour une reprise des cérémonies dans les meilleures conditions possible, malgré la pandémie de Covid-19. La concertation a eu lieu avec les membres de la Conférence des responsables de culte en France (l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, la Conférence des évêques de France, le Conseil français du culte musulman, le Consistoire central israélite de France, la Fédération protestante de France, et l’Union bouddhiste de France).

« Assurer la distanciation physique »

Dans son ordonnance du 18 mai enjoignant de permettre la reprise des célébrations, le Conseil d’État avait d’ailleurs mentionné le fait que « certaines institutions religieuses (ont) présenté des propositions en la matière depuis plusieurs semaines ». Pour ces propositions, les évêques de France s’étaient inspirés entre autres du très détaillé Plan de retour aux activités cultuelles habituelles, construit par la Province dominicaine de Toulouse, avec l’aide de professionnels de la santé et du risque en entreprise, mais aussi des mesures prises par les Conférences épiscopales d’autres pays européens.

Les organisateurs des activités cultuelles doivent « assurer la distanciation physique » entre les participants, un mètre au moins séparant chaque fidèle lors des cérémonies. Par ailleurs, une surface de 4 m2 par personne détermine le seuil maximal de remplissage dans les édifices religieux, seuil qui peut être inférieur si l’agencement intérieur y oblige. « Au moins un membre identifiable de l’organisation est responsable des phases d’entrée et de sortie » et doit veiller à « limiter la formation de rassemblements aux abords de l’édifice » et s’assurer « du respect des limitations de fréquentation en fonction de la taille de l’édifice ». Cette limitation peut aussi s’appuyer sur « une inscription à distance préalable » pour « limiter l’afflux au-delà de la fréquentation autorisée ».

Veiller aux flux de personnes afin qu’elles ne se croisent pas

Le port d’un masque est obligatoire dans les édifices religieux pour les personnes de plus de 11 ans. L’espace minimal d’un mètre entre chaque personne doit être matérialisé au sol dans les espaces d’attente dans et en dehors de l’édifice. Les organisateurs des cérémonies doivent veiller aux flux de personnes afin qu’elles ne se croisent pas, notamment lorsque plusieurs cérémonies sont organisées successivement pour limiter l’affluence.

Une désinfection obligatoire des mains est organisée au moment de l’entrée et de la sortie de l’édifice, du gel hydroalcoolique devant être mis à disposition. « Les objets rituels ainsi que les matériaux et objets potentiellement en contact avec les mains et les muqueuses sont désinfectés avant chaque cérémonie. Leur utilisation successive entre personnes est limitée au strict nécessaire », précisent encore les recommandations gouvernementales.

Le gel hydroalcoolique sera aussi utilisé par les célébrants au cours des cérémonies. S’il y a plusieurs officiants, ceux-ci doivent respecter entre eux la distanciation d’un mètre.

Reprise des cultes, la porte s’entrouvre

À noter que certains diocèses, comme celui de Strasbourg, particulièrement touché par l’épidémie de Covid, ont déjà pris des mesures plus strictes que celles transmises par le gouvernement. Dans une ordonnance épiscopale datée du 9 mai, Mgr Ravel demande notamment une distance de 2 mètres entre chaque personne, que soient désinfectés entre chaque office les bancs et les portes, et que l’assemblée ne chante pas. A Paris, Mgr Aupetit a demandé une distance minimale de 1,5 mètre entre chaque fidèle, que les battants des portes restent ouverts pour éviter de les toucher, et que les bénitiers soient vidés.

                                                        Clémence Houdaille, La Croix édition Web

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...
Voir tous les commentaires

Commentaires

29.06 | 11:02

Bonjour Monsieur Jean-Baptiste LUCAS?
Je vous ai adressé un message internet (courriel) sur votre boîte personnel.
SVP l'avez-vous bien reçu ?
Merci d'avance

...
18.02 | 11:33

Bonjour serais t-il possible d'avoir les date pour cette année pour batise une petite emma qui est née le 23 décembre 2019 on est de bourseul merci

...
18.01 | 10:24

Bonjour,
Je souhaiterais connaître les dates et lieux de baptême pour un enfant de moins de 2 ans en mai/juin 2020. Merci

...
06.01 | 13:30

Mon mari a changé radicalement vers moi, ne communique plus. Il me manque de respect et m'accuse faussement d'infidélité à cause de potins méchants ... mais je suis simplement stupéfait par les résultats du prêtre manuka qui a fait le charme de la réunion

...
Vous aimez cette page
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE